The Witcher III : Wild Hunt

, par Cracleur

The Witcher 3 : Wild Hunt est un jeu vidéo en monde ouvert de type action-RPG? développé par le studio polonais CD Projekt RED sorti le 19 mai 2015 sur PC? Il fait suite narrativement à The Witcher, sorti en 2007, et The Witcher 2 : Assassins of Kings, sorti en 2011.

The Witcher 3 : Wild Hunt est l’épisode finale de l’histoire du sorceleur Geralt de Riv amorcée dans les livres d’Andrzej Sapkowski et les deux jeux précédents.
Les trois opus de la série représentent malgré tout un arc narratif auquel l’auteur ne souhaite pas être associé. Il les considère effectivement plus comme une adaptation libre faite à partir de ses livres que comme une suite ou un développement de sa propre oeuvre. L’histoire développée dans ces jeux n’est donc pas canon.

L’Histoire :

L’histoire en question présente donc Geralt de Riv, sorceleur de son état et héros des opus précédents, à la recherche de sa fille adoptive, Ciri. Il aura besoin pour cela de l’aide de Triss Merigold, puissante magicienne et ancienne amante de ce dernier. En effet, Ciri est poursuivie par la chasse sauvage, une troupe de cavaliers spectraux sorti tout droit des légendes anciennes et présages de guerres, de maladies et de fin du monde.
Pour retrouver sa fille adoptive, Geralt traversera beaucoup de régions : Blanchefleur, Novigrad, les îles de Skellige, Toussaint et bien sûr, Kaer Morhen, le foyer des sorceleurs.

Les Systèmes de Jeu :

Le jeu s’ouvre sur un tutoriel complet et bien implémenté dans l’histoire. Il permet en effet de prendre en main les mécaniques du jeu. Il nous plonge en même temps dans l’ambiance et l’histoire. Il nous présente quelques personnages principaux et nous initie à l’intrigue.
Un peu après le début du jeu, nous avons la possibilité, de même que dans le second opus, d’importer notre sauvegarde du jeu précédant ou de la simuler via un questionnaire. Cela permet que les réactions des personnages soient adaptées à vos choix précédents ou même de faire les choix que vous auriez pu faire en jouant au jeu précédent si vous n’y avez pas joué.
Pour se déplacer sur la carte, assez grande, il faut l’avouer, vous pourrez vous déplacer à pied bien sûr (ce qui allongerait sensiblement la durée de vie du jeu, déjà spectaculaire !), utiliser les points de déplacement rapides ou un moyen de déplacement tel que le cheval ou le bateau.
Les points de déplacement rapides sont un peur particuliers dans ce jeu. Il vous faudra en effet les découvrir, ils prendront l’apparence de panneaux routiers et seront indiqués sur votre carte. Mais il vous faudra être à l’un d’entre eux pour pouvoir les utiliser. Cela permet d’obliger le joueur à se déplacer un minimum par lui-même. En effet, dans un jeu comme Skyrim, la plupart des joueurs (moi compris) se contentent de se téléporter vers leurs objectifs une fois qu’ils ont exploré toute la carte.
Vous pouvez donc aussi vous déplacer à l’aide de votre jument, prénommée Ablette, qui vous permettras d’aller au pas, au trop ou au galop, ce dernier étant limité par une barre d’endurance. Le combat à cheval est disponible mais il faudra gérer la jauge de peur de votre cheval par le signe d’Axii et par des améliorations, si elle se remplit, vous serez éjecté par une ruade et devrez finir votre combat à pied.
Le bateau est aussi disponible. En effet, vous trouverez des bateaux (ou plutôt des barques) dans les divers ports et principalement dans la région de Skellige car elle se compose de différentes îles que vous devrez explorer pour finir le jeu à 100 %.

Les Points Forts :

  • Les graphismes : Bien évidemment, c’est un des points forts de ce jeu. Il est ma-gni-fique ! Les lumières, les textures, les animations ! Ce jeu est beau.
  • L’ambiance : Comme je l’ai dit précédemment, il y a un certain réalisme, surtout dans les constructions, qui ont poussé Shad (de la chaîne Shadiversity qui s’applique à faire des "review de château") à faire cette vidéo où il parle du réalisme dans novigrad et celle-ci où il parle de celui de Kaer Morhen. Par contre, c’est en anglais ! (Si il vous intéresse que je fasse un article pour en parler, dites le en commentaires ou envoyez-moi un message privé)
  • L’histoire : Elle est prenante et dynamique, elle est complète et saisissante. Je ne sais pas trop comment vous décrire ce flot d’émotion transmis par un histoire si simple et pourtant si complexe... J’en resterais transi à vie tant elle m’a submergé ! (bon, ok, j’exagère peut-être un peu...)
  • Le Gwent : Ce jeu dans le jeu est peut-être repris de l’idée d’Assassin’s Creed IV Black Flag où l’on pouvait déjà jouer à des jeux des Caraïbes tout en pariant. Le Gwent constitue un bon ajout au jeu et peut-être considéré comme une nouvelle source de défis par les joueurs (battre tous les PNJ?, avoir toutes les cartes ou être un as en stratégies par exemple). Le système de jeu simple, mais addictif, a d’ailleurs été plus développé dans le jeu Gwent : The Witcher Card Game et publié en "vrai" dans la version collector tant l’engouement des joueurs était fort. Cela est marrant quand on sait que les développeurs l’avait seulement inventé pour s’amuser entre eux.
  • Et plein d’autres choses !

Les Points Faibles :

  • Le déplacement rapides : En effet si vous êtes un joueur qui souhaite aller vite et ne souhaite pas se promener, papillonner au bord du chemin, comme dit précédemment, vous n’allez pas pouvoir vous déplacer rapidement de n’importe où vers n’importe où. Même si les panneaux si les panneaux sont réguliers, il faut tout de même faire l’effort de se déplacer entre les panneaux et votre lieu de départ ou d’arrivée.
  • Le combat : D’aucuns disent qu’il est trop simple, d’autres qu’il est trop adapté aux consoles, d’autres encore que ce n’est pas un point sur lequel ils s’attardent. Mais je doit bien avouer que, malgré le bon tutoriel, il est plus complexe à prendre en main avec un clavier/souris qu’avec une manette...